Etudier à l’étranger

Voici une synthèse de nos possibilités de partir à l’étranger lors de nos études d’orthophonie dans le centre de formation de Paris et également en tant que professionnel(le).

NB: Les informations de cette rubrique s’appliquent à l’ancienne maquette de nos études. Pour les années qui arrivent, nous vous tiendrons informés des possibilités d’étudier à l’étranger à mesure que nous en saurons plus.

Stages à l'étrangerListe d'établissementsFinancementErasmusMaster CanadaMaster Belgique et SuisseExercer à l'étrangerHumanitaire et Césure

Stages à l’étranger 

Concernant les stages à l’étranger, tout est possible (ou presque) : le centre de formation ne s’oppose pas au fait que nous cumulions des heures de pratique ailleurs qu’à Paris, et ailleurs qu’en France métropolitaine de la même façon. Génial ! La période estivale de 4 mois peut être l’occasion de partir, tout comme la 4ème année qui ne dispense plus de cours à la fac en dehors des séminaires.

La seule chose à savoir, c’est que nous devons nous débrouiller seul pour trouver le stage de nos rêves Smile  A nous donc de contacter les structures et les orthophonistes qui s’y trouvent. A noter qu’il est en général plus simple de s’adresser aux cadres de santé qui gèrent directement l’entrée ou non de stagiaires dans les établissements concernés (hôpitaux, instituts..).

Pour ce qui est du libéral, c’est le même principe : on cherche… et on trouve ! Il est juste important de rappeler que l’orthophoniste qui vous prendra en stage devra avoir 3 ans d’ancienneté.

Le DUEFO peut cependant vous donner des contacts pour faciliter vos recherches de stages en DOM-TOM ou pays francophones (Canada, Suisse, Belgique, Luxembourg…), et acceptera exceptionnellement de vous valider votre stage si celui-ci se déroule en août.

Voici, pour vous aider, un recensement (non exhaustif) des différentes structures dans lesquelles travaillent des orthophonistes. A vous de les contacter et de leur envoyer lettres de motivations et CV avec les dates de stage qui vous intéressent…

Etablissements où travaillent des orthophonistes

Guadeloupe 

   Liste hôpitaux

   Liste ortho en libéral

   Liste IME

 

Réunion 

   Liste établissements de santé par ville

 

Guyane 

   Liste hôpitaux

♦   Liste orthos en libéral

♦   Liste IME

 

Martinique 

♦   Liste IME-IMP-IMPro

   Liste orthos en libéral

♦   Liste hôpitaux

 

Mayotte 

♦   Cabinet d’orthophonie le Bris-Fabian

♦   Hôpital de Mayotte

À noter que des tensions sociales existent toujours.

 

NouvelleCalédonie

  Hôpitaux : de Koné, Liffou et Nouméa.

 

Tahiti

♦   Centre hospitalier de la polynésie française

 

Canada 

Voici un serveur qui vous sera utile dans vos recherches, cherchez votre stage selon plusieurs critères (ville, domaine…).

Financement

Pour ce qui est du financement de votre périple (billets d’avion, logement sur place etc), les frais sont à votre charge. Vous ne perdez rien à vous renseigner auprès de l’université de l’UPMC ou du centre référent aux relations internationales de Jussieu au sujet de l’existence d’éventuelles aides, bourses… etc.

 

Etudes à l’étranger : Erasmus

En attente de nouvelles quant aux avancées sur d’éventuels accords entre l’UPMC Orthophonie et d’autres universités européennes…

L’harmonisation de nos études sur le système LMD pourrait faciliter énormément l’avancée de ces accords à des fins d’échange inter-universitaires. La diversité des niveaux d’études d’orthophonie en Europe reste un frein dans la création de liens entre les facultés.

 

Master Canada

Le Master est nécessaire pour avoir l’équivalence du diplôme d’orthophonie canadien.

Il y a 5 universités au Canada qui proposent une maîtrise (l’équivalent du master 2) en orthophonie :celles de Montréal, de Laval, du Québec, de l’Ottawa et pour finir celle de McGill (francophones ou anglophones).

Pour être accepté en master dans ces formations, il faut être titulaire d’un baccalauréat (l’équivalent de la licence) dans les domaines de linguistique, psychologie, science de la santé, ou d’un diplôme d’orthophonie en France, mais il faut également avoir un très bon dossier car les places sont chères. Il ne faut pas non plus oublier le coût des études au Canada qui n’est pas le même qu’en France, ainsi que les éventuelles matières à repasser pour bénéficier de l’équivalence avec le baccalauréat canadien, tremplin de l’accès à la maîtrise d’orthophonie.

Voici ce que Pauline Olive, VP International 2008-2009, avait trouvé à ce sujet :

 

“Avant toute chose, il faut savoir qu’il est plus facile d’obtenir une équivalence de diplôme après avoir exercé quelques années en France. Vous pourrez obtenir d’autres informations sur le site : http://www.eoa.umontreal.ca/formation/etude.htm

Pour pouvoir exercer au Québec directement après l’obtention de votre Certificat de Capacité en Orthophonie, il vous faudra nécessairement effectuer une année d’étude supplémentaire à l’Université de Montréal. Pour cela vous devrez vous procurer trois documents essentiels :

  une demande d’acceptation au centre de formation en orthophonie de l’UdeM (Université de Montréal)
  un certificat d’acceptation au Québec
  un permis d’étude canadien

Pour les obtenir, vous devrez vous adressez à l’ambassade du Canada de Paris, ils vous les fourniront et pourront vous renseigner si vous avez d’autres demandes. Toutefois il ne suffit pas de remplir ces papiers pour pouvoir faire vos bagages. Le centre de formation en orthophonie de Montréal ne prend pas qui veut. Votre dossier sera en concurrence avec d’autres au niveau européen. Un comité se rassemble chaque année pour en sélectionner certains sur des critères que nous ne connaissons pas. Par exemple pour l’année dernière, 11 candidatures étaient en concurrence et seulement 4 ont été retenues dont 3 françaises et 1 italienne. Le nombre de dossier accepté chaque année dépendrait du nombre d’étudiants qui auraient abandonné le cursus sans être remplacés. Si une cinquième année est obligatoire pour nous, c’est que l’UdeM et l’EOA (Ecole d’orthophonie et d’Audiologie) estiment que notre formation n’est pas égale à la leur, et donc nous font reprendre leur dernière année afin de pouvoir exercer le métier d’orthophoniste sur leur territoire et avec leurs patients, dans un souci d’éthique et de protection du public. Par contre, leurs étudiants ne font que 4 années d’études.

Cette dernière année est faite de séminaires pendant les sessions d’automne (septembre à décembre) et d’hiver (janvier à avril), durant lesquelles chaque étudiant fait un stage de 14 jours (1 ou 2 jours par semaine suivant le superviseur). La dernière session, l’été (mai à juillet), est faite d’un « internat : il n’y a plus cours mais les étudiants font environ 4 jours par semaine de stage dans un établissement. A la fin de cet internat, les étudiants sont censés assumer les mêmes fonctions et le même emploi du temps que n’importe quelle ortho. En plus des cours et séminaires de cette année, il faut également rattraper des cours des années antérieures comme par exemple Système de santé et éducation ou Troubles de la Fluidité. Pour avoir plus d’infos sur les séminaires je vous transmets directement les impressions d’une étudiante partie cette année compléter sa formation au Québec :

« Les séminaires sont vraiment très intéressants. En général, le prof fait seulement quelques cours (1 à 3 je dirais) puis lors des autres rencontres c’est aux étudiantes, par groupe, de préparer un sujet à fond et de le présenter aux autres avec tous les supports possibles (power point, vidéo, simulations, jeux de rôle …). C’est très formateur et comme c’est nous qui allons chercher l’info, on retient beaucoup mieux. Les cours sont tous de 3 heures mais suivant les groupes, il faut animer soit les 3 heures complètes, soit seulement la moitié. Ce n’est donc pas du tout ce que l’on connaît en France. De plus dans ma promo on est seulement 40, ce qui rend les séminaires très vivants. On nous propose plus de cours qu’on ne peut en faire donc certains sont obligatoires, et on peut choisir les autres. On est donc quelques fois beaucoup moins de 40. Par exemple cette session j’ai mon séminaire de neuropsychologie du langage où nous ne sommes que 14. Lui consiste à lire un même texte scientifique avant la rencontre, puis le jour même de discuter de ce texte, de voir ce qui nous parait non fiable sur le plan méthodologique, ce qui nous a plu et déplu, nous a appris sur la clinique, etc. C’est très enrichissant. Un animateur, parmi les étudiantes, est chargé de « donner la parole », un autre de faire un résumé de l’article et un troisième de lire un texte complémentaire pour enrichir la discussion. »

Question évaluations, ils n’ont pas de partiels mais des notes qui leurs sont attribuées en fonction de leur présentation orale (expliquée précédemment), sur une copie écrite de cette présentation qu’ils rendent aux profs, leur participation, leur présence et parfois sur des réflexions cliniques qu’ils ont proposées sur un sujet qu’ils n’ont pas animé. A la fin de l’année, le mémoire n’est pas le même qu’en France. Les étudiants ont le choix entre un Travail de Réflexion Clinique (un genre de petit mémoire en général inspiré d’un stage) ou un Travail Dirigé de Recherche. Dans ce dernier, l’étudiant intègre un laboratoire de recherche et une équipe sur un projet scientifique et réalise un mémoire sur ce qu’il a observé. D’après des expériences personnelles et comme vous avez donc pu le constater, cette année demande donc beaucoup de travail et d’investissement personnel, apparemment davantage que ce qui nous est demandé en France ou du moins à Paris.” 

Master Belgique et Suisse 

Ces deux pays proposent un système LMD à leurs étudiants, ce qui offre la possibilité d’obtenir un master voire un doctorat en logopédie (à la suite d’une licence en psychologie le plus souvent) et donc de faire de la recherche dans ces pays.

La possibilité de raccrocher ce système doit pouvoir se faire, donc n’hésitez pas si vous êtes intéressés à contacter les universités voisines  Wink

 

Exercer l’orthophonie à l’étranger

On les appelles Orthophonistes en France, Logopèdes en Belgique, Logopédistes en Suisse ; les pays anglo-saxons utilisent le terme de speech and language therapist tandis qu’au Canada, on parle d’orthophonistes et/ou d’audiologistes lorsque les troubles de la communication sont liés à ceux de l’audition.

Les niveaux d’études en Europe et dans le monde sont très disparates en orthophonie. Ainsi, l’obtention d’équivalence est plus ou moins facile à avoir selon le pays visé.

Instituts français 

Vous pouvez décrocher un poste dans les lycées français de chaque pays mais sachez que les places sont très convoitées.


Equivalences 

 Québec 

Pour pratiquer l’orthophonie et se déclarer orthophoniste, il faut faire partie de l’Ordre des Orthophonistes et Audiologistes du Québec (OOAQ). Pour ce faire, on doit d’abord obtenir un diplôme de deuxième cycle universitaire, c’est-à-dire la maîtrise (cf l’article sur le master au Canada). Il faut savoir que la formation d’orthophoniste/audiologiste, est plus scientifique que la nôtre, car il existe un autre métier distinct complémentaire (qui recoupe aussi les compétences du COO Français), c’est celui de l’orthopédagogue qui gère l’éducation en adaptation scolaire. D’ailleurs, sans équivalence, certaines orthophonistes françaises reprennent le titre d’orthopédagogue par défaut, malgré le fait que le champ de compétences soit très réduit par rapport à l’orthophonie en France.

 Humanitaire

Cf le projet mis sur pied par OASIS .


 Césure

Ce paragraphe n’a pas pour vocation de vous pousser à faire une césure lors de vos études mais seulement de vous faire savoir que cette possibilité existe.

Il se peut que cette éventuelle année de césure puisse grandement vous enrichir personnellement et professionnellement.

Voici des idées qui pourraient être exploitées…

♦   CIEP : partir quelques mois en tant qu’assistant français en langue auprès d’un professeur dans des collèges, lycées…
♦   Service volontaire européen : service civique dans un pays d’Europe pour une durée de quelques mois.
♦   Service volontaire international : qui correspond davantage à une mission humanitaire sur plusieurs mois.

 

Ces recherches seront étoffées par la suite, concernant les équivalences principalement. Il serait très intéressant d’enrichir cet article et de le préciser. Toutes les idées et remarques sont bonnes à prendre !

 Charlotte Messager, VP International 2011-2012

Si vous souhaitez témoigner de votre expérience ou ajouter des informations, vous pouvez en envoyer un mail à l’adresse vpmultimediaapeo@gmail.com ou remplir le formulaire suivant :

> Contacter les VP Multimédia

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message (obligatoire)

Code de sécurité :captcha